MEƦZUG∆

MERZUGA « Twilight minimalist Rock  »  » Dark-Ambient  »
A man, a bass, a drum machine, the distant memory of a desert, of a village in the desert, traces of astonishment  facing the mirage that appears in the mineral aridity of the desert … Somewhere in between group Suicide and the Gnaws rituals there is the music of Merzuga , repetitive, dusky and providentially arid .

MERZUGA « Rock crépusculaire minimaliste » – « Dark-Ambiant »
Merzuga est une proposition solo, un homme, une basse, une boite à rythme. Merzuga c’est aussi pour cet homme le lointain souvenir d’un désert, d’un village dans le désert, les traces d’un étonnement face au mirage qui apparait dans l’aridité minérale du désert, car c’est l’aridité et l’ampleur de ce désert qui permet l’émergence du mirage, et ce mirage est une histoire, et cette histoire c’est peut-être l’histoire d’une adolescente anthropophage, d’un fugitif sentimental, ou d’une armée de milliard d’anticorps harassés.
Quelque part entre le groupe Suicide et les rituels Gnaoua il y a la musique de Merzuga, répétitive, crépusculaire et providentiellement aride.
Teaser live

Album « mirage »

MERZUGA « Rock crépusculaire minimaliste »
Musique répétitive à base de boite à rythme de basse de drone et de haïku, ou la présence impertinente de la ligne de basse jouée et répétée suscite une dimension providentiellement aride. ou la voix qui apparait à l’horizon comme un mirage évoque la mescaline, la vigogne et la tarentule.
Venez donc avec vos 4X4 mentaux fouler le sable brûlant de nos déserts intérieurs, venez donc faire le constat de la soit-disante aridité de l’Erg. Posez ici vos pieds et là vos oriels, loin des bavardages et des agencements, là ou le sirocco déferle.